jeudi 1 septembre 2016

Promise



PROMISE

Auteur : Ally Condie
Éditeur : Gallimard Jeunesse(2011)
Pages :424

Quatrième de couverture : 


Dans la Société, les Officiels décident de tout.
Qui aimer.
Où travailler.
Quand mourir.





 Mon avis :


J’ai adoré ce quatrième de couverture qui résume très bien l’intrigue du roman tout en révélant le minimum possible. Beaucoup de quatrième de couverture trop détaillées et ont tendance à « mâcher » un peu l’intrigue nous privant de quelques surprises et c’est dommage pour le lecteur.

Nous allons suivre Cassia, jeune fille de 17 ans qui évolue dans un monde régit par la Société, elle-même représentée par les Officiels. La Société décide de tout, elle se base sur des statistiques et vous marie à la personne la mieux adaptée. Pareillement, votre travail vous est plus ou moins imposé en fonction de vos capacités, même les repas sont régis par cette société.
Ne pas courir, couvre feu à 23h etc. Les habitants de ce monde se laissent totalement guidés par elle sans la remettre en question le moins du monde. Le libre arbitre n’existe pas mais cela n’a pas l’air de les déranger, ce sont des victimes consentantes car ils ne se rendent pas compte, ils ont oubliés…
Ils ont détruits leur propre histoire en ne conservant que 100 tableaux, 100 poèmes…  Pour eux le principe de conservation établit un plan d’inégalité entre les citoyens donc tout doit être homogène, les personnalités sont totalement lissées dans la masse et aucun écart n’est permit.

Dans ce livre, on ne peut pas dire qu’il y a beaucoup d’action à proprement parlé. Cassia découvre son promis mais tombe amoureuse d’un autre. C’est ce déclencheur, cet amour « interdit » qui va provoquer une prise de conscience de la cage dorée dans laquelle elle se trouve, du fait qu’en réalité, elle n’est pas libre. On assiste à une évolution du personnage au cours du roman : au départ, elle est craintive mais l’injustice va la contraindre à dépasser ses propres peurs.

Ce que j’ai apprécié, c’est que l’histoire d’amour n’est pas vraiment au centre de l’histoire, elle est suggérée… J’avais peur qu’on tourne trop longtemps autour des pensées « amoureuses » de Cassia mais c’est vraiment ce qui lui permet de comprendre…

Une belle écriture, plutôt fluide, les descriptions sont là mais sans écraser le récit. L’auteure a bien su dépeindre son univers en quelques traits. Les émotions de Cassia nous atteignent et le cheminement qu’elle entreprend jusqu’à la « prise de conscience », on le fait avec elle, tout se passe dans sa tête.

On peut également parler de cette couverture sublime qui symbolise bien le monde de Cassia : une belle jeune fille enfermée dans une bulle, c’est tellement représentatif.

J’ai beaucoup aimée cette dystopie, ce premier tome installe l’univers et on sent que ça va exploser dans le second tome que j’ai hâte de lire !
L’héroïne qui peut paraître agaçante au départ et superficielle, finit par prendre de la profondeur et j’ai finis par beaucoup l’apprécier. Un univers original et bien recherché, tout ce que j'aime lire dans une dystopie.



"TRÈS BONNE LECTURE" 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire